Rien ne se perd – Cloé Medhi

Rien-ne-se-perd.jpg
Sortie Poche : 15 février 2017

Chère Cloé Mehdi,

Je suis venu vous faire part de mon ressenti après la lecture de votre roman noir « Rien ne se perd ». Lors de notre rencontre au festival de Mauves en Noir, je n’avais lu qu’une partie de votre livre et déjà je l’avais trouvé très original.

Je peux vous dire qu’après avoir achevé votre roman, j’ai été conquis aussi bien par la forme que par le fond de cette histoire. Quelle bonne idée de nous faire découvrir ce monde de la cité des Verrières à travers les yeux d’un enfant de onze ans. Cela permet d’avoir un regard neuf et différent de celui des adultes.

De plus, je me suis tout de suite identifié à cet enfant balloté par la vie et cherchant des réponses aux évènements malheureux qui se produisent autour de lui. J’ai été en empathie totale avec ce garçon et j’ai compris les peurs et les doutes qui traversaient son esprit encore influençable.

Ce roman noir est sublime et touchant à la fois ! Mattia, onze ans, se retrouve confronté à des choses qui le dépassent. Le passé familial de ce gamin est déjà très lourd à porter.

Comme sa mère ne veut plus s’occuper de lui, le garçon est confié à un tuteur nommé Zé qui vit en couple avec Gabrielle dans cette cité des Verrières. Mattia a aussi une sœur Gina mais celle-ci préfère sa liberté et est souvent en voyage. Gina débarque sans prévenir dans l’appartement où vit Mattia et celui-ci est toujours heureux de la revoir.

Mattia est un gamin courageux qui fait face aux chocs de la vie et qui essaie de comprendre l’histoire de son quartier. Pourquoi 15 ans après les faits, on continue à taguer les murs de la cité des Verrières du visage de Saïd ?

Ce Saïd n’avait que quinze ans lorsqu’il est mort sous les coups d’un policier qui a été trop loin. Ce policier a plaidé l’accident involontaire à son procès face à la famille de Saïd. Ce même policier a été relaxé par la justice et simplement muté ailleurs pour se faire oublier.

Et l’on s’étonne que certains continuent à réclamer justice face à une police qui a toujours raison. Ceux-ci sont face à un mur et ils seront toujours victimes du système.

J’ai vu l’intrigue se jouer, la tension s’intensifier comme un monstre prêt à bondir sur sa proie. Le suspense était à son comble. Qu’allait-il se passer de plus ? Certains se sont déjà affranchi des limites et sont prêts à tout pour enterrer des secrets inavouables.

J’ai vu tout au long de cette histoire, Mattia s’étonner, se mettre en colère, questionner les adultes qui lui mentent pour le protéger, espionner derrière les portes pour découvrir un peu de la vérité que l’on lui cache…

Mattia cherche de réponses à ses angoisses. C’est très fort et cela vous arrache le cœur ! Vous souffrez face aux malheurs que ce gamin endure. Vous vous révoltez avec lui contre l’injustice de la société.

Ce garçon a besoin d’amour pour se construire et personne ne lui en donne ou si peu. Il espère toujours revoir sa mère.

Ce roman est noir mais délivre sa note d’espoir. L’amour est présent tout au long de cette intrigue et nous donne un peu de baume au cœur.

Chère Cloé Mehdi, avec « Rien ne se perd », vous n’avez pas attendu le nombre des années pour faire éclater votre génie littéraire. Vous possédez l’art de pointer les défaillances de notre système en y mettant de l’émotion, du suspense et du talent !

Pour moi votre roman noir est un vrai coup de cœur et une grosse claque ! Un concentré d’émotions pures ! Et surtout, continuez d’écrire pour vous et vos lecteurs !

coup-de-coeur_violet

 4ème de couverture

Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort…

Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation…

Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice !

C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis…

Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n’est jamais vraiment enterré !

Et personne n’a dit que c’était juste…

BIOGRAPHIE

17951466_10212603471671884_1649878537401961332_nCloé Mehdi est née au printemps 1992. Elle commence à écrire au collège pour faire passer le temps plus vite.

S’en suit Monstres en cavale, son premier roman, qui reçoit le Prix de Beaune 2014.

Puis, avec Rien ne se perd, elle reçoit le Prix Étudiant du Polar 2016, le Prix Dora Suarez 2017 et le prestigieux Prix Mystère de la Critique 2017.

Enregistrer

Enregistrer

BLOCK 46 – Johana Gustawsson

12670566_10153934878594429_1818788897146068469_n

Sortie : le 21 octobre 2016

Avec « Block 46 », Johana Gustawsson nous serre un thriller efficace et sans temps mort. C’est une réussite totale !

Je dois avouer qu’un des thèmes abordés m’a d’abord fait reculer mais j’ai bien fait de surmonter mon appréhension.

Londres. Alexis Castells, apprend la mort atroce d’une de ses amies, Linnéa Blix, à Falkenberg en Suède. Le cadavre est terriblement mutilé. Alexis prend l’avion et se rend en Suède avec les proches de Linnéa pour identifier le corps.

Londres. Emily Roy, profileuse de renom, enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise identifiée Linnéa Blix : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.

En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance Alexis Castells, écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités très différentes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

Ce thriller mêle deux intrigues : la première se passe en Allemagne, en juillet 1944. La seconde se passe de nos jours, entre l’Angleterre et la Suède, sur la piste d’un serial killer. Bien entendu, ces deux histoires vont faire sens à la fin du roman. Je n’ai pas vu la fin venir et vous ne la verrez pas non plus, croyez-moi.

Pour moi, le début du livre a été une expérience déchirante à lire. En effet, ce thriller relatant les atrocités du camp de Buchenwald m’a pris aux tripes.

15380289_614352182082052_943576261461341106_n

Les trains de prisonniers juifs allant vers les camps d’extermination, un voyage sans retour sans air ni eau dans des wagons à bestiaux, l’odeur de mort à l’intérieur. La descente du train et l’humiliation suprême de devoir retirer tous ses vêtements, de se retrouver entièrement nu face aux SS. La longue marche de ces prisonniers en direction du camp et vers leur mort quasi certaine.

Dans ce camp de Buchenwald, en 1944, un juif allemand, Erich Ebner, est contraint, pour sauver sa peau, d’aider un docteur nazi dans sa pratique d’expériences sur les prisonniers du camp.

Heureusement, les personnages d’Alexis Castells et d’Emily Roy sont attachants et nous font passer de bons moments dans cette enquête. Mais on comprend vite que ces deux amies ont eu des expériences douloureuses à traverser dans un passé proche ou lointain. On soulève un pan du voile et l’on découvre des failles.

L’auteure, Johana Gustawsson, nous donne les détails des traitements réservés aux juifs, la nudité, la promiscuité, les atrocités commises auprès des enfants du camp de Buchenwald, en 1944. Johana Gustawsson, petite-fille de déporté, ne cherche pas à nous émouvoir en exposant ces faits de barbarie. C’est pour elle un devoir de mémoire de décrire ces crimes nazis pour que personne n’oublie jamais.

Ce thriller « Block 46 » est machiavélique et son intrigue nous tient en haleine jusqu’à un final mémorable ! Une auteure que je vais suivre dès à présent en m’attaquant à son second opus « Mør » !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

johana Gustawsson 2

Johana Gustawsson vit à Londres, avec son fils et son mari. Block 46 est son premier roman.

Petite-fille de déporté, elle plonge au cœur de la folie meurtrière et ravive la mémoire des crimes nazis.

Elle vient de sortir son second thriller « Mør » chez les éditions Bragelonne, le 15 mars 2017.

Enregistrer

Enregistrer

Dompteur d’anges – Claire Favan

claire-favan-da
Sortie : 16 février 2017

Chère Claire,

Je vous écris aujourd’hui pour vous remercier d’être présente dans le milieu du thriller français. Pour moi, vous dominez de la tête et des épaules vos comparses hommes qui veulent nous faire frémir par leurs ouvrages. Votre plume envoûtante m’a captivé dès la première page lue et m’a scotché pour ne plus me lâcher jusqu’à la fin.

Après votre thriller « Serre-moi fort » de 2016 qui fut une véritable bombe pour moi, votre nouvel opus « Dompteur d’anges » fut une vraie claque ! Ce thriller m’a pris aux tripes et a bousculé mon esprit. J’ai dévoré ces 415 pages en deux jours avec bonheur et frénésie.

Je ne dévoilerai pas l’histoire de votre thriller mais juste mon ressenti après sa lecture.

Vous savez mieux que personne construire une intrigue originale avec des personnages attachants, à la fois victime puis bourreau, en quête de vengeance ou de rédemption.

La première partie de ce thriller est époustouflante d’intensité ! Elle m’a secoué par la cruauté des hommes qui s’acharnent contre une personne jusqu’à la détruire complètement physiquement et mentalement. Cette personne encaisse comme elle peut les sévices qu’elle subie et se reconstruit une identité forcément différente.

Comment en vouloir à quelqu’un de vouloir se venger de ces bourreaux ?

Après, la manière qu’il choisi d’assouvir sa vengeance peut faire froid dans le dos et même choquer fortement le lecteur. Les passages violents sont là mais ne sont pas insoutenables. Ils font réfléchir notamment sur l’ascendant que peut avoir quelqu’un sur d’autres personnes et sur les techniques de manipulation qu’il peut mettre en œuvre pour arriver à ses fins.

La seconde partie, plus calme mais avec tout autant de suspense, m’a permis de poser le regard sur un second individu qui doute et qui se cherche. Son itinéraire de vie est triste et passionnant à la fois. Tous les évènements qui lui arrivent m’ont tenu en haleine et j’ai éprouvé de l’empathie pour lui.

Bien entendu, votre thriller m’a offert son lot de rebondissements et de twists qui ont fait que j’ai eu peur pour la vie des principaux protagonistes. Et c’est bien le but, en sachant que la mort rode tout au long de votre livre. Le final n’est pas en reste et je n’ai pas su avant la fin si tout ce beau monde allait en réchapper. Un vrai coup de cœur pour moi.

Vous l’avez compris, Claire, je suis devenu accroc à vos ouvrages. Pour moi, vous êtes la meilleure auteure de thrillers français et je pèse mes mots, d’où ce témoignage qui j’espère donnera envie à beaucoup d’autres lecteurs de lire vos thrillers.

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

claire-favan_1733Née à Paris en 1976, Claire Favan travaille dans la finance et écrit sur son temps libre.

Son premier thriller, Le Tueur intime, a reçu le Prix VSD du Polar 2010, le Prix Sang pour Sang Polar en 2011 et la Plume d’or 2014 catégorie nouvelle plume sur le site Plume Libre.

Son second volet, Le Tueur de l’ombre, clôt ce diptyque désormais culte centré sur le tueur en série Will Edwards.

Elle a également participé aux recueils de nouvelles du Collectif des auteurs du noir : Santé!, Les Aventures du concierge masqué et Irradié.

Après les succès remarqués d’Apnée noire et de Miettes de sang, Claire Favan a durablement marqué les esprits avec Serre-moi fort, Prix Griffe noire du meilleur polar français 2016. Elle nous revient avec un thriller machiavélique : Dompteur d’anges.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un cri sous la glace – Camilla Grebe

71mrdfradwl

Sortie : 1er février 2017

Emma, jeune Suédoise, cache un secret : son patron Jesper Orre, qui dirige un empire de la mode et les boutiques Clothes&More, lui a demandé sa main. Mais il ne veut surtout pas qu’elle ébruite la nouvelle.

Deux mois plus tard, Jesper disparaît sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée. Personne ne parvient à l’identifier.

Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul problème, ils ne se sont pas reparlé depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

Dans un Stockholm envahi par la neige, un double récit prend forme. Chaque personnage s’avère cacher des zones d’ombre.

MON AVIS

Camilla Grebe, auteure suédoise, nous offre son nouveau thriller « Un cri sous la glace ».

Comme tout polar suédois, le rythme de départ est un peu lent. Mais très vite, l’intrigue nous est dévoilée ainsi que les principaux protagonistes.

Nous avons trois histoires : le couple Emma et Jesper, l’ex-couple Peter et Hanne qui vont se retrouver sur cette enquête de meurtre de femme ainsi que Peter et son ex-femme Janet qui lui a donné un fils dont il ne souhaite pas s’occuper.

Emma, Peter et Hanne se dévoilent à nous par une succession de chapitres portant le nom de nos héros qui nous éclairent sur leur vie et leur passé respectif.

Emma travaille dans une boutique de vêtements à Stockholm. Elle fait la rencontre de Jesper. Emma est touchante et fragile à la fois. Bientôt ce tandem nous réservera bien des surprises où la manipulation sera reine.

Peter est un policier solitaire qui a du mal avec l’engagement nécessaire à une vie de couple. Son travail de flic ne le passionne plus comme avant, il a perdu l’intuition qui faisait l’intérêt de son métier. Il ne voit pas dans les morts qu’il côtoie une solution pour leur redonner vie, donc à quoi bon se battre ?

Hanne, profileuse, a une histoire de couple compliquée qui lui donne l’impression d’être dominée par son mari. Ses faits et gestes sont épiés sous prétexte qu’elle doit faire attention. En effet, Hanne a contractée une maladie dégénérative qui peut l’handicaper dans son travail.

L’auteure, Camilla Grebe, a l’art de nous manipuler tout au long de se récit pour notre plus grand bonheur. Surtout le dernier tiers du roman où celle-ci excelle dans la construction de sa narration qui va nous mener vers le final de ce thriller. Camilla Grebe nous donne enfin le plein de révélations et de rebondissements que l’on attendait avidement.

Et je vous le dit : ce thriller suédois se révèle un cru exceptionnel car il maintient le suspense jusqu’à la fin ! Même moi, je suis resté bouche bée par ce dénouement final que je n’ai pas vu venir ! Bravo pour cet exploit chère Camilla ! Je m’incline devant vous !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

photo-ulrica-zwenger

Camilla Grebe est déjà célèbre en Suède pour sa série de polars écrite avec sa sœur et finaliste du prix Best Swedish Crime Novel of the Year.

Un cri sous la glace, son premier livre en solo paru en 2015 en Suède, fut un bestseller dès sa sortie.

Thriller captivant dans la veine des Apparences de Gillian Flynn, il est sur le point de devenir un phénomène mondial.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

La prunelle de ses yeux – Ingrid Desjours

41rdhmlkil

Sortie : 13 octobre 2016

Il est aveugle. Elle est ses yeux. Elle pense le guider vers la lumière. Il va l’entraîner dans ses ténèbres. Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie…

Les années ont passé et l’aveugle n’a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c’est une évidence : il fera justice lui-même.

Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions…

 La cécité de conversion est une pathologie aussi méconnue qu’effrayante : suite à un profond traumatisme psychologique, vous êtes aveugle. C’est ce qui est arrivé au personnage principal de ce roman.

MON AVIS

Très belle couverture de l’édition brochée de « La prunelle de ses yeux »,  avec sous le titre, des signes en braille et donc en relief !

Je vous le dis sans préambule, j’ai adoré ce thriller psychologique concocté par Ingrid Desjours ! J’ai découvert l’auteure avec ce livre et je n’ai pas été déçu.

Ce roman à suspense se déroule en 2016, avec des flashbacks réguliers sur l’année 2003, l’année du meurtre de Victor, le fils de Gabriel. Les chapitres sont courts et donne le rythme à l’histoire.

Vous allez suivre Gabriel, le père aveugle, dans ses pérégrinations, toujours à la recherche de la vérité sur la mort de son fils. Celui-ci est accompagné d’une femme qui lui permet d’aller où bon lui semble. Vous allez voir du pays, entre ballades et excursions dans des lieux improbables, et ce périple finira par vous apporter des réponses, mais pas toujours celles que vous souhaiteriez…

En effet, plus le récit avance et plus l’on se retrouve en empathie avec Gabriel et son fils Victor que l’on découvre petit à petit. Dans cette enquête, on apprend à connaître l’environnement scolaire de l’adolescent Victor, qui a pu intégrer une école prestigieuse à Neuilly-sur-Seine. Celui-ci se lie d’amitié avec une bande d’ados suivant le même cursus que lui.

Je ne vous en dirais pas plus sur ce thriller pour préserver le suspense, car les révélations se succèdent et le final est somptueux ! Un vrai coup de cœur pour moi. Je remercie l’auteure de si bien analyser l’âme humaine et de nous restituer habilement les émotions et les doutes de ses héros. Je vais désormais suivre les parutions d’Ingrid Desjours de très près !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

ingrid-desjoursIngrid Desjours est psychocriminologue. Après avoir exercé de nombreuses années auprès de criminels sexuels en Belgique, elle décide en 2007 de se retirer en Irlande pour écrire son premier thriller.

Depuis, elle se consacre entièrement à l’écriture de romans et de scénarios pour des séries télévisées. Les nombreux psychopathes qu’elle a profilés et expertisés l’inspirent aujourd’hui encore.

Outre ses tableaux cliniques pertinents, l’auteur excelle dans l’art de lever le voile sur la psychologie humaine et de faire ressentir au lecteur ce que vivent ses personnages, pour le meilleur et surtout pour le pire…

Tous ses romans, Écho (2009), Potens (2010), Sa vie dans les yeux d’une poupée (2013), Tout pour plaire (2014) et Les Fauves (2015) ont été plébiscités tant par le public que par la critique et les libraires.

Consécration : Tout pour plaire est en cours de développement pour une série TV par Arte. Ingrid Desjours publie également chez Robert Laffont des sagas fantastiques sous le pseudonyme de Myra Eljundir. Elle vit à Paris.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ne prononcez jamais leurs noms – Jacques Saussey

15873461_726821654150647_518311426647781692_n.jpg

Sortie : le 11 janvier 2017

Muté au pays basque pour insubordination, le commandant Daniel Magne s’est aussi éloigné de sa compagne, la lieutenant Lisa Heslin.Alors qu’il noie son ennui dans une consommation d’alcool au-delà des limites autorisées, il est par hasard témoin d’un gigantesque attentat en gare de Biarritz.

Un wagon entier est soufflé par une explosion, laissant plusieurs dizaines de victimes.Lancé à la poursuite d’un suspect, Magne tombe dans un piège et se retrouve kidnappé dans un lieu inconnu.Lisa est alertée et décide de rejoindre Biarritz pour participer à l’enquête.

MON AVIS

Ce nouvel opus « Ne prononcez jamais leurs noms » de Jacques Saussey vaut le détour. Ce auteur est un grand du polar. Il possède un style d’écriture fluide et très réaliste qui nous fait entrer en empathie totale avec ces personnages, que ceux-ci soient respectables ou sans morale.

L’auteur sait nous tenir en haleine avec une intrigue pleine d’actions et de rebondissements pendant près de 500 pages. Des chapitres courts rythment l’action et nous éclairent successivement sur le présent de Daniel Magne, de Lisa et le passé de ce tueur. Nous discernons petit à petit les réelles motivations de ce psychopathe à vouloir faire un carnage et comprenons mieux son envie de vengeance.

Avec Jacques Saussey, nous avons à faire à un écrivain qui fait preuve d’excellence dans son art et vous le verrez à la lecture de ce polar. Car ce thriller met la barre très haute. C’est un réel bonheur de lire ces pages et de se laisser happer par les évènements.

Ce livre a été pour moi comme un voyage hors du temps qui m’a scotché pendant toute sa durée. Daniel Magne et sa compagne Lisa, éloignés l’un de l’autre, proches dans la douleur, vont tous les deux côtoyer la mort dans un suspense haletant. Et cela va durer un long moment, croyez-moi sur parole !

Mais il faut bien un final à cette course poursuite qui n’épargnera personne. Faut-il devenir un monstre pour combattre un monstre ? Vous le saurez en lisant le sublime thriller de Jacques Saussey « Ne prononcez jamais leurs noms » !

Merci aux Éditions du Toucan pour leur confiance et merci à Jacques Saussey pour cet excellent thriller !

coup-de-coeur_violet

UN EXTRAIT DU LIVRE

« Noir.

Noir absolu.

Comme si j’étais enfermé dans une tombe, six pieds sous terre.

Au prix d’un effort insoutenable, je parviens à bouger la tête. Mais même en écarquillant les yeux, je ne discerne absolument rien.

Le vertige arrive lentement, neurone après neurone. Tout se met à tanguer d’autant plus fort autour de moi que je n’ai aucune image à laquelle me raccrocher (…) Je comprends que ça ne sert à rien de résister, que les courants sont bien trop forts pour que ma lutte ait un sens (…)

Alors je tente de vider mon esprit de tout ce qu’il contient. Ma peur, mes questions sans réponses et ma douleur. Je me transforme en vague, moi aussi, et me contente de suivre le mouvement, comme si je n’étais plus qu’une petite goutte d’eau de plus dans l’océan. Je m’écrase sur quelque chose, je glisse, je me régénère, et ça recommence indéfiniment. »

BIOGRAPHIE

Jacques saussey_credit_mathieu_bourgeois.jpg
Crédit photo : Mathieu Bourgeois

Jacques Saussey est un écrivain et un auteur de romans policiers. « La Mante Sauvage » est son premier polar qui paraîtra sous le titre « Colère noire ».

Son deuxième thriller « De Sinistre Mémoire » est paru en 2010 aux Éditions des Nouveaux Auteurs.

Par la suite paraîtront les titres « Quatre racines blanches », « Principes mortels », « L’enfant aux yeux d’émeraude ».

Puis « La Pieuvre » et le célèbre « Loup peint » en 2016 aux  Éditions du Toucan.

Son dernier opus « Ne prononcez jamais leurs noms » est une suite de son roman « La Pieuvre ».

Actuellement il travaille comme cadre technique dans une grosse société. Il a pratiqué le tir à l’arc de compétition pendant dix ans, de 1985 à 1995, avec à la clef un titre national individuel en 95 et un par équipe en 92. Il vit dans l’Yonne.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je sais pas – Barbara Abel

 

515tnz8svdl

Sortie : 6 octobre 2016

Une belle journée de sortie des classes qui vire au cauchemar.

Une enfant de cinq ans a disparu.

Que s’est-il passé dans la forêt ?

À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme.

Pourtant, ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un cœur de démon ?

MON AVIS

Avec son dernier roman « Je sais pas », Barbara Abel nous offre un thriller psychologique familial.

Au cours d’une sortie scolaire en forêt, une enfant de cinq ans disparaît.

L’affolement des institutrices et des encadrants est général et après une recherche infructueuse, on doit se résoudre à appeler la police qui organise une battue. Mais ce n’est que le début de l’histoire et personne ne se doute que le cauchemar ne fait que commencer.

Je n’en dirais pas plus sur l’histoire pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture ! Mais je vais vous décrire ce roman qui pour moi a été une expérience intense et addictive.

Le thème de ce thriller familial tourne autour des relations parents-enfants et des relations de couple. C’est un des sujets de prédilection de l’auteure.

L’intrigue principale se focalise sur la disparition d’une enfant en forêt. Mais de multiples histoires se greffent tout autour. On rentre dans l’intimité d’un couple avec ses secrets. On découvre peu à peu la vie et l’univers familial des principaux acteurs de cette histoire.

Des flashbacks nous font remonter dans le passé de ces familles pour mieux comprendre les caractères et les réactions de chacun face aux évènements.

On peut dire que Barbara Abel sait jouer avec nos nerfs ! Elle sait maintenir une tension psychologique intense et un suspense qui vous fait tourner les pages avec frénésie.

Son écriture fluide et légère nous embarque. Son style poétique lui permet de créer des ambiances, des atmosphères propres à nous envelopper.

Vous voulez savoir comment tout cela va finir ? Mais il y a tellement de choses en jeu dans cette histoire, que tout pronostic devient incertain.

C’est la force de Barbara Abel qui brouille les pistes et qui ne révèle qu’au compte-gouttes les indices nécessaires à la compréhension totale de l’histoire.

Ses personnages ont une part d’ombre et de mystère. Ils ont plusieurs facettes.

Vous aurez droit à des révélations qui m’ont scotché, je vous l’assure. Et je ne vous raconte pas le final qui est grandiose et bluffant !

Ce roman psychologique est un coup de cœur pour moi et son intrigue touchera beaucoup d’autres lecteurs !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

AVT_Barbara-Abel_4236.jpg

Barbara Abel est une auteure belge de romans policiers.

À 23 ans, elle écrit sa première pièce de théâtre, « L’Esquimau qui jardinait », qui est montée avec succès sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa.

Elle se lance peu après dans l’écriture, publie quelques textes dans différentes revues et, en 2002, un premier roman policier, « L’Instinct maternel », lauréat du Prix du roman policier du festival de Cognac.

Son roman « Un bel âge pour mourir » paru en 2003 a été adapté pour France 2 avec Marie-France Pisier et Emilie Dequenne dans les rôles principaux.

S’ensuivent « Duelle » en 2005, « La mort en écho » en 2006, « Illustre inconnu » en 2007, « Le Bonheur sur ordonnance » en 2009, « La brûlure du chocolat  » en 2010, « Derrière la haine » en 2012 (Prix des lycéens de littérature belge 2015), « Après la fin » en 2013, « L’innocence des bourreaux » en 2015 et « Je sais pas » en 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Un cœur sombre – R.J. Ellory

51wwp8djful-_sx316_bo1204203200_

Sortie : 1er octobre 2016

Dans « Un cœur sombre », son dernier opus, R.J. Ellory nous plonge dans la tête d’un anti-héros, flic de son état, accroc à l’alcool et aux pilules en tout genre.

Ce flic, Vincent Madigan, s’est laissé corrompre par un certain Sandià, une figure de la pègre d’East Harlem, en échange d’informations qui permettent de résoudre nombre de ses enquêtes.

Vincent Madigan a aussi contracté une dette d’argent importante auprès de Sandià qu’il doit rembourser rapidement.

Car Sandià n’est pas un tendre et n’attendra pas éternellement. Sans une solution rapide, la vie de Madigan risque d’être écourtée.

Madigan est un flic tourmenté par ses émotions. Ces choix le poussent vers le côté obscur, quitte à lui faire perdre son âme humaine. Celui-ci agit en voyou prêt à tout pour se couvrir.

Tuer des gens ne lui fait pas peur mais lui donne mauvaise conscience. Il noie ses contradictions et ses doutes dans l’alcool, ses peurs disparaissent grâce à l’absorption de   cocktails de médocs. Poussé à agir, Madigan devra faire preuve d’une grande stratégie car il joue une partie d’échecs, seul contre tous, dont l’issue pourrait lui être fatale.

MON AVIS

Premièrement, je vous encourage vivement à ne pas lire la quatrième de couverture de ce roman de Ellory si vous souhaitez découvrir vous-mêmes l’histoire et les évènements premiers. En effet, ceux-ci sont déjà source d’une tension psychologique et d’un suspense certain, autant en profiter.

Dans ce roman noir, Ellory fait preuve d’une maîtrise totale de son intrigue qui coure sur presque 500 pages. J’ai lu ces pages avec une délectation particulière.

L’auteur nous dévoile les profondeurs de l’âme humaine et son récit  nous est offert sans longueur aucune et sans temps mort. L’action est présente tout au long du roman et des évènements inattendus relancent l’histoire.

J’étais en empathie avec Madigan et je l’ai suivi dans ses plans et ses actions douteuses. J’ai eu peur pour lui et je ressentais le poids de sa culpabilité. Peut-il changer le cours de son destin ?

Tous les individus qui apparaissent dans cet univers possèdent une personnalité forte et un caractère bien trempé. Ils sont vrais. C’est la force de ce roman et le style de l’auteur  fait le reste.

Le personnage de Vincent Madigan pratique d’une main le mal mais essaie de se racheter une conduite en faisant le bien de l’autre. Il souhaite sa rédemption. Va-t-il l’obtenir ?

Vous le saurez en lisant ce bijou qu’est « Un cœur sombre » de R.J. Ellory qui pour moi est mon premier coup de cœur de 2017 !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

avt_rj-ellory_7551R. J. Ellory, soit Roger Jon Ellory, est un écrivain britannique, auteur de romans policiers et de thrillers.

Il a été un temps guitariste du groupe de rock « The Manta Rays », avant de se tourner vers la photographie. Il commence à écrire en 1987, mais il devra attendre 2003 pour que son roman, « Candlemoth » (Papillon de nuit, édité en français en 2015), soit publié.

On peut citer parmi ses œuvres : « Vendetta » (A Quiet Vendetta, 2005), « Seul le Silence » (A Quiet Belief in Angels, 2007), « Les Anonymes » (A Simple Act Of Violence, 2008) ou encore « Les Anges de New York » (Saints of New York, 2010).

R.J.Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour « Seul le silence ». Aujourd’hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, « The Whiskey Poets ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lynwood Miller – Sandrine Roy

81z3GbazXGL

Dans les montagnes françaises enneigées, une jeune femme kidnappée par deux hommes a peur pour sa vie. Par chance, un homme entend ses cris et la sauve de ses bourreaux. Cet homme est un ancien des forces spéciales américaines et se prénomme Lynwood Miller.

Cette jeune femme aux cheveux blonds, sauvée in extrémis, s’appelle Élie. Elle possède certaines aptitudes particulières comme le don de guérison par imposition des mains ou la possibilité de déplacer les objets à distance : la télékinésie.

Une enquête va s’ouvrir afin de déterminer qui est le commanditaire du kidnapping d’Élie et de son exécution programmée.

Vous allez rencontrer la famille d’Élie et notamment son père qui est psychiatre. Mais vous allez en découvrir un second avec un passé plus trouble…

Toute une équipe va se former  pour tirer cette affaire au clair et Lynwood Miller sera en première ligne. Tout ne va pas se passer comme prévu et vous aurez droit a des rebondissements inattendus.

MON AVIS

Le premier roman de Sandrine Roy est une réussite. De l’action, du suspense, de l’amour et du surnaturel ! Ces ingrédients s’équilibrent parfaitement dans cette intrigue addictive à souhait ! Pas de répit ni de temps mort dans cette course poursuite…

Ce récit m’a embarqué avec une facilité déconcertante ! J’ai tourné les pages avec frénésie et j’ai découvert des personnages attachants et plein d’humour. Ce livre par son côté « roman policier mais pas que… » m’a fait voyager et pendant ses instants j’étais ailleurs…

Les capacités surnaturelles d’Élie servent très bien l’histoire et la rendent plus  passionnante. J’aimerais vous en dire plus  mais je ne veux pas gâcher votre plaisir !

L’auteure a créée un univers original, des personnages avec des caractères bien trempés, un style léger, des dialogues plein d’humour, une description réaliste des lieux et paysages…

Après cette lecture, j’ai eu le regret de devoir abandonner si vite ces héros. J’avais hâte de les retrouver dans de nouvelles enquêtes où leur intuition commune ferait mouche !

Si comme moi vous avez besoin de fantaisie, évadez vous avec Lynwood Miller !

Je remercie Sandrine Roy pour sa confiance et les éditions Lajouanie pour leurs choix judicieux.

coup-de-coeur_violet

sandrine-roy

Sandrine Roy est née à Bordeaux et vit à Montauban.  « Lynwood Miller » est son premier roman.

Elle a déjà écrit les deux prochaines aventures de Lynwood Miller, héros charismatique, protecteur, amoureux, bagarreur, entier.

Enregistrer

Rever – Franck Thilliez

51dLjnKP8XL

Bienvenue au pays des rêves ! Certains sont beaux mais beaucoup sont angoissants ! Et Abigaël Durnan ne sait faire plus la différence entre ses rêves et la réalité ! En effet, Abigaël est narcoleptique. Elle peut s’endormir à tout moment ! Et ses rêves sont pour elle bien réels !

Depuis 3 ans, Abigaël, psychologue, aide la police à résoudre des affaires de disparition ou de meurtres.  Depuis 1 an, elle traque avec son équipe un kidnappeur d’enfants surnommé Freddy. Et celui-ci ne va pas tarder à donner de ses nouvelles !

Franck Thilliez nous a concocté un thriller original et déstructuré. En effet, les chapitres sont dans le désordre mais rassurez-vous, on comprend tout !

Cette configuration de chapitres nous permet d’entrer dans la tête de l’héroïne Abigaël Durnan, qui retrouve des souvenirs réels dans ses rêves. Celle-ci les note dans un carnet pour ne pas les oublier. Son traitement médicamenteux contre la narcolepsie, le Propydol, lui permet de contrôler sa maladie mais à l’inconvénient de lui faire perdre certains de ses souvenirs. Abigaël est mère d’une petite fille nommée Léa.

Bientôt un évènement important fera basculer la vie d’Abigaël ! Celle-ci devra enquêter sur plusieurs faits simultanément pour essayer de comprendre ce qui s’est réellement passé. Elle sera confronté à différents protagonistes ayant tous quelque chose à cacher. Seul le final de ce roman vous apportera toutes les réponses ! Abigaël sera confronté à la réalité et pourra résoudre le puzzle de ses pensées !

L’auteur, Franck Thilliez, prend un malin plaisir à ouvrir plusieurs pistes pour mieux nous perdre. Ce thriller est machiavélique ! Vous ne pourrez plus le lâcher avant la fin ! Un gros coup de cœur pour moi ! A lire d’urgence !

coup-de-coeur_violet

AVT_Franck-Thilliez_8933Franck Thilliez, ingénieur en nouvelles technologies, vit actuellement dans le Pas-de-Calais. D’abord passionné de cinéma, il devient ingénieur spécialisé dans les nouvelles technologies et l’informatique.

Il allie cette passion à son goût pour les thrillers pour donner naissance à son premier roman, « Train d’enfer pour Ange rouge » (La Vie du Rail, « Rail Noir », 2003), qui a été nominé au Prix SNCF du polar français 2004.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer