Toute la vérité – Karen Cleveland

toute la vérité 

« Toute la vérité » de Karen Cleveland, collection La Bête noire, est un thriller psychologique passionnant sur fond d’espionnage. Il vous tiendra en haleine jusqu’à la fin. Connaît-on vraiment ses proches ? Comme dit la couverture du livre : Mari parfait, parfait menteur ?

L’histoire…

Dix ans de mariage, quatre enfants. Elle pensait connaître son mari mieux que personne. Elle avait tort.

Malgré un travail passionnant qui l’empêche de passer du temps avec ses enfants et un prêt immobilier exorbitant, Vivian Miller est comblée par sa vie de famille : quelles que soient les difficultés, elle sait qu’elle peut toujours compter sur Matt, son mari, pour l’épauler.

En tant qu’analyste du contre-renseignement à la CIA, division Russie, Vivian a la lourde tâche de débusquer des agents dormants infiltrés sur le territoire américain. Un jour, elle tombe sur un dossier compromettant son époux. Toutes ses certitudes sont ébranlées, sa vie devient mensonge. Elle devra faire un choix impossible : défendre son pays… ou sa famille.

Ce que j’en pense…

Je dois admettre que ce thriller psychologique est extrêmement bien construit. Nous sommes plongés au cœur de la vie de Vivian Miller, analyste à la CIA, qui doit faire face à un dilemme : être fidèle à son pays ou protéger sa famille.

La photo du mari de Vivian, Matt, apparaît dans une recherche qu’elle effectue à la CIA pour cibler les agents dormants russes. Que va-t-elle faire ? Doit-elle le dénoncer ou taire sa découverte ? De cette réponse va dépendre l’avenir de sa famille et sa carrière.

Vivian va devoir réfléchir aux conséquences de ses actions. Son mari, Matt, l’épaule à sa manière. Qui est-il ? Un manipulateur, un menteur ? Pourquoi influence-t-il tous les choix de la famille ?

Des flash-back réguliers nous éclairent sur la vie de Vivian. Nous remontons le temps jusqu’à sa rencontre avec son futur mari. Les temps forts de sa vie lui reviennent en mémoire, notamment la naissance de ses enfants qu’elle adore et qu’elle protège comme une louve.

Toutes ces réflexions permettront à Vivian de faire des choix difficiles. Mais ces choix seront-ils les bons ? Où tout cela va la mener ? Dans quel engrenage va-t-elle mettre les doigts ?

Je n’en dirais pas plus pour vous laisser savourer cette intrigue au scénario machiavélique ! Comme Vivian, vous allez passer par toutes les émotions face aux évènements futurs : la joie, la peine, le doute, la colère, la peur…

L’auteure, Karen Cleveland, sait bâtir une histoire que ses lecteurs ne pourront pas lâcher avant son dénouement. Trop de tension, de suspense, de doute vous ferons tourner les pages à vitesse grand V !

En conclusion, je dirais que j’ai passé un très bon moment de suspense avec cette famille hors du commun. Ce thriller sur fond d’espionnage est une réussite !

Toute la vérité – Karen Cleveland –Éditions Robert Laffont – Sortie : 25 janvier 2018

Âmes sœurs – John Maars

ames soeurs photo

Je dois dire que ce thriller m’a bluffé par le thème qu’il aborde : trouver l’âme sœur grâce à un test ADN – ainsi que par son scénario très imaginatif. Du grand art ! Cet excellent livre « Âmes sœurs », de John Marrs, est publié chez Hugo Thriller.

L’histoire…

Un simple test ADN suffit désormais pour vous permettre de trouver celui ou celle qui partage avec vous « le » gêne, celui qui indique que vous êtes faits l’un pour l’autre. Dans le monde entier, des millions d’individus passent le test. Parmi eux, Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellis.

Chacun croit avoir enfin trouvé son Binôme, le grand amour qui l’accompagnera jusqu’à la fin de ses jours. Sans se douter qu’un piège vient de se refermer sur eux et que pour certains, la fin arrivera beaucoup plus vite que prévu. Car les assassins ont aussi une âme sœur.

Ce que j’en pense…

J’ai adoré ce thriller au scénario original avec beaucoup de rebondissements ! Même si l’un des protagonistes est un tueur en série, c’est au final très secondaire. L’intrigue englobe tous les protagonistes de cette histoire.

Chacun des personnages a adressé un prélèvement de son ADN à la société « Mariez Vos ADN » afin de trouver son « binôme » ou son âme sœur. Pour avoir les coordonnées de celui ou celle qui est fait pour eux, ils doivent payer la somme de 9.90 dollars. Et l’aventure commence !

Les évènements à venir ne seront pas de tout repos pour nos héros que sont Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellis. Ceux-ci vont ouvrir une boîte de Pandore qui va faire exploser leur quotidien et leurs projets bien établis. Les règles vont changer : toutes et tous devront s’adapter.

Des chapitres courts pour chaque héros ou héroïnes de notre histoire. Avec un cliffhanger à la fin ! Vous allez tourner frénétiquement les pages pour connaître la suite. Beaucoup d’amour et d’humour dans ce livre. Et du suspense !

Les personnages sont criants de vérité ! Leurs actions et leurs réactions face aux évènements qui leur arrivent sont surprenantes. Ils sont tous attachants et l’on est en empathie avec eux. Plus vous avancez dans cette histoire et plus cette intrigue s’emballe ! Les twists sont imprévisibles. Le trouble et le doute s’installe.

Les personnages ne sont plus maîtres de leur vie, ils subissent les évènements ! Les 100 dernières pages nous apportent un final éblouissant avec un suspense d’enfer ! Le lecteur en prend plein la vue. Un thème génial plein de surprises !

Trouver l’âme sœur grâce à l’ADN ne sera peut-être pas longtemps une fiction. Serons-nous toujours les maîtres de nos destins ? Un sujet magistralement traité par John Marrs. Une lecture addictive et un coup de cœur !

Âmes sœurs – John Marrs – Éditions Hugo Thriller – Sortie : 1 février 2018

coup-de-coeur_violet

Oublier nos promesses – Elsa Roch

elsa roch couv

Après l’excellent polar rural « Ce qui se dit la nuit », Elsa Roch opère un virage à 180 degrés avec « Oublier nos promesses » publié chez Calmann-Lévy. Elle nous emmène à Paris pour un polar dans les quartiers chauds de la capitale. Un polar sombre avec le retour du commissaire Amaury Marsac dans une toute nouvelle enquête.

Ce que j’en pense…

Elsa Roch ancre son intrigue autour de deux thématiques : le syndrome de stress post-traumatique ou SPT et la traite des êtres humains. Ce sont des thèmes que l’auteure souhaite mettre en lumière par son métier de psychologue spécialisée dans les troubles autistiques et les addictions.

Dans ce polar, nous ferons la connaissance d’un officier français, de retour de mission d’Afghanistan, avec ses fantômes, ayant du mal à se réadapter à la vie normale. Il a dû pendant de nombreuses années se forger une carapace, prêt à réagir à toute attaque, quitte à développer une paranoïa. Ses cauchemars le hantent et sont remplis de cadavres d’êtres humains massacrés par la guerre. Il a dû utiliser la violence dans son métier de soldat, mais aujourd’hui, ce comportement n’est plus adapté.

La traite des êtres humains, et notamment le commerce des femmes, prend une place importante dans ce récit. On promet à ces femmes un avenir meilleur dans un autre pays, mais la réalité est toute autre… On les force à se prostituer pour payer le prix de leur voyage pris en charge par des passeurs. Mais avant, on les dresse pour que celles-ci soient dociles. Une brutalité sans nom.

Dès le prologue, Elsa Roch donne le ton et nous sommes les témoins d’une violence crue et inhumaine. La suite nous permet de reprendre nos esprits et nous redonne un peu d’oxygène après toutes ces émotions.

L’intrigue de ce polar, qui débute avec le meurtre d’une journaliste, Emma Loury, est traitée d’une manière plus classique mais avec la plume poétique de l’auteure. Le fiancé de la victime, Jérôme, est un traumatisé de la guerre. Celui-ci disparaît dans la nature, à la recherche du meurtrier de sa compagne. Serait-il impliqué ? Il doute de ses actions passées.

Le commissaire Marsac prend l’enquête en main sur l’homicide de la journaliste. Marsac est un homme brisé par un drame familial et sa vie privée est à la dérive. Ce meurtre est d’une extrême cruauté. Qui est à l’origine de ce massacre ?

Je vous laisse découvrir ce polar d’une âpreté rare, que l’auteure adoucie par son écriture poétique. J’ai aimé le portrait de Paris, la ville noctambule, esquissé par petites touches, comme la palette d’un peintre. La psychologie des personnages est bien développée et nous les rend attachants.

C’est avec joie que je me suis laissé porter par la plume d’Elsa Roch. Celle-ci a rendu captivante cette intrigue que j’ai suivi jusqu’à son dénouement. Ce second opus me conforte dans le talent de cette auteure. Un plaisir que je vous laisse savourer !

4ème de Couv

DANS PARIS, LA NUIT, UN FLIC ET DES VIES BRISÉES.

Emma Loury aimait les causes perdues et dangereuses. Emma vient d’être découverte, sauvagement assassinée, dans son appartement du IVe arrondissement. Son amant, un officier français de retour d’Afghanistan, s’est enfui. Le coupable idéal.

Le commissaire Marsac se plonge dans cette enquête avec rage : de l’avis de tous, Emma était une personnalité solaire et une excellente journaliste indépendante, qui se battait pour les femmes et contre la  traite des êtres humains. Marsac se demande si la vraie raison de sa mort ne serait pas là. Mais alors pourquoi son compagnon a-t-il fui ?

Jérôme a fui parce qu’Emma était toute sa vie, son dernier lien avec ce monde qu’il ne comprend plus. Il a fui parce qu’il est malade, plongé dans un syndrome post-traumatique, flirtant avec la folie. Il veut massacrer l’assassin comme Emma a été massacrée.

S’engage alors une double chasse à l’homme dans un Paris insoupçonné, en proie aux trafiquants. Jérôme combat le mal par le mal et Marsac par la loi. Qui retrouvera le meurtrier d’Emma ?

Oublier nos promesses Elsa Roch – éditions Calmann-Lévy – Sortie : 7 février 2018

 

 

L’été circulaire – Marion Brunet

MARION BRUNET 2

Le titre de ce livre m’a interloqué ainsi que sa couverture. Je ne connaissais pas Marion Brunet et j’ai vu qu’elle sera présente au Quai du Polar de Lyon cette année. Une raison de plus de se laisser tenter !

Ce que j’en pense…

« L’été circulaire » de Marion Brunet est un roman sombre. Très peu d’espoir ou de lumière dans cette histoire. Un roman d’une grande justesse pour saisir ce qui se joue à l’adolescence.

Je dois dire que ce roman noir m’a happé dès la première page. Si bien que j’ai continué à lire, pris au piège. Je n’ai pas été épargné par ce que j’ai vu et entendu, voyeur malgré moi, plongé dans l’intimité de cette famille du Lubéron.

Cette famille où le père, Manuel, fait preuve de trop de violence envers ses proches. Sa femme, Séverine, est une mère soumise qui laisse faire. Ceux-ci ont deux filles, Johanna et Céline, de quinze et seize ans. Dans la chaleur de l’été, ces adolescentes jouiront des plaisirs de la jeunesse avec insouciance. Très vite, les choses vont changées. Ces deux sœurs devront faire des choix pour leur avenir. Mais a-t-on vraiment le choix de son futur ? Peut-on briser les chaînes du déterminisme social ?

Plusieurs évènements importants vont pulvérisés la cellule familiale et avoir des répercutions bien au-delà. La vie dans un petit village est compliquée. Tout se sait très vite. Il faut faire face aux rumeurs, aux préjugés des autres. De plus, l’étranger est mal vu, que se soit le touriste parisien ou l’arabe. On vit replié sur soi. Les classes sociales ne se mélangent pas.

Manuel et Patrick sont potes. Ils sont maçons dans la même entreprise de bâtiment. Du coup, leurs femmes, Séverine et Valérie sont amies par la force des choses. Elles se jalousent un peu et se demandent souvent si leur vie aurait pu être meilleure si elles avaient rencontré d’autres hommes.

Cécile et Jo font leur vie, ont des amitiés ou amours masculines plus ou moins bien vues par leurs parents. Elles ont des personnalités et des visions de la vie différentes. Pourront-elles s’extraire du carcan familial pour être libres ?

Marion Brunet a l’art d’installer rapidement une histoire, un climat de tension, une situation qui dérape. Son style est direct, ses dialogues acérés. J’adore sa plume. Elle sait parler du couple, de la famille, du racisme, de la pauvreté. Son talent éclate dans ce roman. Je ne peux que vous conseillez chaudement ce livre. Une vraie pépite !

coup-de-coeur_violet

4ème de Couv

Fuir leur petite ville du Midi, ses lotissements, son quotidien morne : Jo et Céline, deux sœurs de quinze et seize ans, errent entre fêtes foraines, centres commerciaux et descentes nocturnes dans les piscines des villas cossues de la région.

Trop jeunes pour renoncer à leurs rêves et suivre le chemin des parents qui triment pour payer les traites de leur pavillon. Mais, le temps d’un été, Céline se retrouve au cœur d’un drame qui fait voler en éclats la famille et libère la rage sourde d’un père impatient d’en découdre avec le premier venu, surtout s’il n’est pas « comme eux ».

L’été circulaire – éditions Albin Michel – Sortie : 31 janvier 2018

Biographie

brunet_marion_2018_dr_albin_michel_2014

Née en 1976, Marion Brunet grandit dans le Vaucluse. Très rapidement accro aux bouquins, aux bandes dessinées et à diverses formes de littérature, elle se met à écrire. Une nouvelle, « Olga », paraît au Dessert, une revue littéraire, en 98.

Après des études de Lettres et quelques tentatives d’exil – Madagascar, Budapest –, Marion Brunet décide d’être éducatrice spécialisée et travaille actuellement en psychiatrie, dans un hôpital de jour pour adolescents.

Elle anime en parallèle des ateliers d’écriture au sein d’une compagnie théâtrale, pour les comédiens et divers groupes d’écoliers et de collégiens. Elle est couronnée de plus de 30 prix pour ses différents romans. « Frangine » (Sarbacane – collection X’prim – 2013) est son premier roman. Suivront « L’ogre au pull vert » et « La gueule du loup ».

Elle est également auteure de romans « young adults » (Dans le désordre, 2016) aux éditions Sarbacane. Elle vit à Marseille.

L’Appel du néant – Maxime Chattam

chattam1

Tueur en série…

Traque infernale.

Médecine légale.

Services secrets….

Terrorisme.

La victoire du Mal est-elle inéluctable ?

Ce thriller va détruire vos nuits et hanter vos jours.

C’est le troisième volet mettant en scène le personnage de Ludivine Vancker après la conjuration primitive et la patience du diable.

Ce que j’en pense…

Il y a deux parties dans ce livre.

La première partie nous présente un tueur en série en action et l’enquête qui va suivre. Cette partie est très prenante et addictive. Pour moi la plus réussie. J’ai aimé retrouver le style de l’auteur au meilleur de sa forme.

Le personnage de Ludivine Vancker est particulièrement bien travaillé. Sa personnalité est multiple, avec ses doutes sur une vie normale et équilibrée, son caractère bien trempé. C’est une profileuse hors pair. Elle va devoir faire face à de nombreuses épreuves durant cette intrigue. Va-t-elle tenir le choc ?

La seconde partie du livre est axée sur le terrorisme. C’est un sujet d’actualité et la France a eu sa part d’horreur et de désolation sur son sol ces dernières années. Je vous laisse découvrir seuls le déroulement de l’histoire.

Enfin, Maxime Chattam arrive à relier les deux parties et relance la machine. La traque continue avec diverses pistes explorées. Je dois dire que cette seconde partie m’a moins convaincu et était moins surprenante.

Par contre, le final est de toute beauté et l’auteur a su me surprendre encore. Bravo pour cette épilogue bluffante et inattendue !

Pour conclure, je dirais que j’ai aimé la plume de Maxime Chattam mais que son livre m’a laissé sur ma faim. Un avis mitigé, certes, mais un bon thriller quand même. A vous de vous faire votre avis !

L’appel du néant – éditions Albin Michel – Sortie : 8 novembre 2017

Biographie

photo maxime chattam

©Jean-François Robert

Maxime Chattam est né le 19 février 1976 à Herblay, dans le Val-d’Oise, à Paris.

Maxime Chattam et Maxime Williams sont des pseudonymes de Maxime Guy Sylvain Drouot, romancier français, spécialisé dans le roman policier.

Au cours de son enfance, il fait de fréquents séjours aux États-Unis: sa première destination en 1987 est Portland dans l’Oregon, ville qui lui inspirera son premier roman. Rêvant d’abord d’être comédien, il suit le Cours Simon, devient figurant dans un spectacle de Robert Hossein et joue dans plusieurs téléfilms.

Il fait plusieurs petits boulots pendant plus de deux ans et reprend ses études de Lettres modernes. Il écrit « Le cinquième règne » à cette époque puis fin 1999, devient vendeur de romans policiers à la FNAC. « Le Cinquième règne » est publié bien plus tard, en 2003, sous le pseudonyme de Maxime Williams.

Il suit une formation en criminologie pendant un an à l’Université de Saint-Denis. Durant cette année, il apprend les rudiments de la psychologie criminelle, de la police technique et scientifique et de la médecine légale.

Toujours libraire, il consacre ses week-ends à son projet de thriller. Il rédige « L’âme du mal » en 2001, qui est publié l’année suivante chez Michel Lafon. Signé du pseudonyme de « Chattam », en référence à une petite ville de Louisiane, le livre crée la surprise et conquiert rapidement un public. Ce roman devient le premier volet de la « Trilogie du mal, » suivi de « In Tenebris » (2003) et « Maléfices » (2004).

Marié à l’animatrice Faustine Bollaert depuis 2012, il est père d’une fille née en 2013 et d’un garçon né en 2015.

 

Tension extrême – Sylvain Forge

tension extreme livre

L’histoire…

Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l’intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle.

Alors que les victimes s’accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l’école et son adjointe issue du « 36 » affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Ce que j’en pense…

J’ai déjà lu des polars de Sylvain Forge tels que : « Un parfum de soufre » ou « Pire que le mal ». Ces polars m’avaient plu par leur intrigue, leur suspense. Et bien je dois dire qu’avec « Tension extrême », l’auteur frappe fort ! Ce polar high tech est une tuerie ! Pas de temps mort ! Pas une page inutile ! Place à l’efficacité !

J’ai été agréablement surpris par le rythme rapide de l’intrigue digne d’un thriller et par la technologie high tech omniprésente. Grâce à l’informatique et ses programmes ou virus, des hackers sont capables de planter toutes les bases de données informatiques de la PJ de Nantes. Et même plus !

Mais je vous laisse découvrir l’ampleur de la menace réelle qui plane sur nous tous dès lors que nous possédons des appareils connectés comme des smartphones, portables, tablettes… Si un appareil chez vous est relié à internet par un capteur quel qu’il soit, vous êtes en mesure d’être espionné ! Big Brother vous observe et ce n’est pas de la science-fiction ! Bienvenue au 21ème siècle !

Sylvain Forge mérite son prix du Quai des Orfèvres 2018. Son style s’est affiné avec le temps. Et ce polar va à 100 à l’heure ! Toutes mes félicitations à l’auteur ! Et vous mes amis, précipitez-vous sur ce polar high tech ! Vous ne le regretterez pas, parole de lecteur !

Prix du Quai des orfèvres 2018 ~ Éditions Fayard ~  Sortie Poche : 15 novembre 2017

Les loyautés – Delphine de Vigan

delphine de vigan ll

Les destins croisés de quatre personnages : Théo, enfant de parents divorcés ; Mathis, son ami, qu’il entraîne sur des terrains dangereux ; Hélène, professeure de collège à l’enfance violentée, qui s’inquiète pour Théo ; Cécile, la mère de Mathis, qui voit son équilibre familial vaciller. Une exploration des loyautés qui les unissent ou les enchaînent les uns aux autres.

« Les loyautés » de Delphine de Vigan est un très bon roman sur l’enfance et l’adolescence violentée physiquement ou psychologiquement. Un regard très juste sur la société, notamment sur les enfants de couples divorcés. Faut-il toujours tout dire aux parents ? Une histoire développée dans un style très aérien et positif. Les personnages de cette histoire prennent vie devant nous et deviennent très vite attachants. L’empathie nous gagne.

J’ai passé un très bon moment de lecture qui m’a semblé trop court mais intense en émotion, la faute à ce livre de seulement 200 pages. J’aurais aimé un roman plus long. Si vous ne connaissez pas encore la plume de cette auteure, je ne peux que vous conseiller de vite rattraper cet oubli. Personnellement, j’ai dévoré tous ses ouvrages, tous excellents.

Mon roman préféré de Delphine de Vigan reste « Rien ne s’oppose à la nuit » suivi de  « No et moi », « Jour sans faim » et « les jolis garçons ». « Un soir de décembre » parle du couple. « Les heures souterraines » est un très bon roman mais très sombre. « D’après une histoire vraie » m’a étonné par son traitement expérimental qui flirte avec le thriller. Vivement un nouveau roman de Delphine d’au moins 400 pages !

Biographie

*EXCLUSIF*PARIS: "La Grande Librairie" sur France 5

Née à Boulogne Billancourt, le 01/03/1966. Delphine de Vigan est une romancière française. Son premier roman, « Jours sans faim » est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig.

En 2007, « No et moi » reçoit le Prix des Libraires. Ce « roman moral » à succès sur une adolescente surdouée qui vient en aide à une jeune SDF a été récompensé par le prix du Rotary International 2009 et par le Prix des libraires 2009. Il a été traduit en vingt langues et une adaptation au cinéma a été réalisée par Zabou Breitman, film sorti en novembre 2010.

En 2011, elle obtient le prix du roman Fnac, le Prix Roman France Télévisions et le Prix Renaudot des Lycéens pour « Rien ne s’oppose à la nuit, » ainsi que le grand prix des lectrices Elle 2012.

En 2015, elle a publié un nouveau roman « D’après une histoire vraie » couronné par le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des Lycéens. Le roman est adapté pour le cinéma par Roman Polanski avec Éva Green et Émmanuelle Seigner.

Mère de deux enfants, elle vit avec le critique littéraire, reporter et animateur d’émissions culturelles de radio et de télévision, François Busnel.