Coupable – Jacques-Olivier Bosco

 

coupable instagram

Après avoir adoré « Brutale », le premier thriller de Jacques-Olivier Bosco mettant en scène le personnage de Lise Lartéguy, j’ai été heureux de découvrir « Coupable » et d’en apprendre davantage sur notre héroïne. Son passé m’intriguait et je me demandais d’où venait ce besoin de se défouler à l’extrême, de prendre sa moto et de tracer, esclave de l’adrénaline qui montait en elle…

L’histoire…

On a tous quelque chose à se reprocher.

Internée à l’adolescence parce qu’elle souffrait de troubles psychologiques, Lise s’est liée à des filles avec qui elle a tout partagé, des « monstres » comme elle. Des années plus tard, Lise est lieutenante à la brigade criminelle de Paris.

Quand elle est amenée à enquêter sur la mort de l’un de ses proches, le passé trouble de sa famille réapparaît. Et les secrets de son enfance refont surface. Que s’est-il réellement passé lorsqu’elle avait treize ans, dans cette ferme aux murs recouverts de sang ?

Ce que j’en pense…

Tout d’abord, je tiens à dire qu’il faut absolument avoir lu « Brutale » auparavant pour comprendre et apprécier ce livre. Dans « Brutale », on voit agir l’héroïne et l’on est témoin de ses comportements extrêmes. Dans « Coupable », on la voit se poser des questions sur ses actes passés et présents.

Jacques-Olivier Bosco a très bien su négocier la suite de « Brutale ». Avec « Coupable », on entre dans la tête de son héroïne Lise Lartéguy. Par des flash-back, on comprend mieux l’enfance de Lise et sa difficulté à être comprise par les autres. Même Lise ne se souvient pas de tout son passé. Celui-ci lui revient par bribes comme un puzzle. Son esprit protège un secret.

Lise doit enquêter sur la mort de l’un de ses proches. Qui peut être responsable de ce meurtre ? Lise se pose des questions jusqu’à douter d’elle-même et de ses actes. En effet, avec les doses d’alcool qu’elle absorbe, elle devient amnésique. Elle ne souvient plus de ce qu’elle faisait la nuit passée et pourquoi elle se réveille dans ce lieu. Elle devient violente et a du mal à se contrôler.

Le scénario de ce thriller est très bien construit. L’auteur distille des parcelles de vérité tout au long de son récit et fait durer le plaisir. J’avais hâte d’être au final pour enfin tout comprendre. La personnalité de Lise Lartéguy va se dévoiler. Nous allons enfin avoir une explication logique sur son comportement violent. Ce thriller se conclut par un très beau dénouement. Merci à Jacques-Olivier Bosco pour cet excellent thriller qui décoiffe !

Collection La Bête Noire – Robert Laffont (Sortie : 22 février 2018) – 400 pages

Oublier nos promesses – Elsa Roch

elsa roch couv

Après l’excellent polar rural « Ce qui se dit la nuit », Elsa Roch opère un virage à 180 degrés avec « Oublier nos promesses » publié chez Calmann-Lévy. Elle nous emmène à Paris pour un polar dans les quartiers chauds de la capitale. Un polar sombre avec le retour du commissaire Amaury Marsac dans une toute nouvelle enquête.

Ce que j’en pense…

Elsa Roch ancre son intrigue autour de deux thématiques : le syndrome de stress post-traumatique ou SPT et la traite des êtres humains. Ce sont des thèmes que l’auteure souhaite mettre en lumière par son métier de psychologue spécialisée dans les troubles autistiques et les addictions.

Dans ce polar, nous ferons la connaissance d’un officier français, de retour de mission d’Afghanistan, avec ses fantômes, ayant du mal à se réadapter à la vie normale. Il a dû pendant de nombreuses années se forger une carapace, prêt à réagir à toute attaque, quitte à développer une paranoïa. Ses cauchemars le hantent et sont remplis de cadavres d’êtres humains massacrés par la guerre. Il a dû utiliser la violence dans son métier de soldat, mais aujourd’hui, ce comportement n’est plus adapté.

La traite des êtres humains, et notamment le commerce des femmes, prend une place importante dans ce récit. On promet à ces femmes un avenir meilleur dans un autre pays, mais la réalité est toute autre… On les force à se prostituer pour payer le prix de leur voyage pris en charge par des passeurs. Mais avant, on les dresse pour que celles-ci soient dociles. Une brutalité sans nom.

Dès le prologue, Elsa Roch donne le ton et nous sommes les témoins d’une violence crue et inhumaine. La suite nous permet de reprendre nos esprits et nous redonne un peu d’oxygène après toutes ces émotions.

L’intrigue de ce polar, qui débute avec le meurtre d’une journaliste, Emma Loury, est traitée d’une manière plus classique mais avec la plume poétique de l’auteure. Le fiancé de la victime, Jérôme, est un traumatisé de la guerre. Celui-ci disparaît dans la nature, à la recherche du meurtrier de sa compagne. Serait-il impliqué ? Il doute de ses actions passées.

Le commissaire Marsac prend l’enquête en main sur l’homicide de la journaliste. Marsac est un homme brisé par un drame familial et sa vie privée est à la dérive. Ce meurtre est d’une extrême cruauté. Qui est à l’origine de ce massacre ?

Je vous laisse découvrir ce polar d’une âpreté rare, que l’auteure adoucie par son écriture poétique. J’ai aimé le portrait de Paris, la ville noctambule, esquissé par petites touches, comme la palette d’un peintre. La psychologie des personnages est bien développée et nous les rend attachants.

C’est avec joie que je me suis laissé porter par la plume d’Elsa Roch. Celle-ci a rendu captivante cette intrigue que j’ai suivi jusqu’à son dénouement. Ce second opus me conforte dans le talent de cette auteure. Un plaisir que je vous laisse savourer !

4ème de Couv

DANS PARIS, LA NUIT, UN FLIC ET DES VIES BRISÉES.

Emma Loury aimait les causes perdues et dangereuses. Emma vient d’être découverte, sauvagement assassinée, dans son appartement du IVe arrondissement. Son amant, un officier français de retour d’Afghanistan, s’est enfui. Le coupable idéal.

Le commissaire Marsac se plonge dans cette enquête avec rage : de l’avis de tous, Emma était une personnalité solaire et une excellente journaliste indépendante, qui se battait pour les femmes et contre la  traite des êtres humains. Marsac se demande si la vraie raison de sa mort ne serait pas là. Mais alors pourquoi son compagnon a-t-il fui ?

Jérôme a fui parce qu’Emma était toute sa vie, son dernier lien avec ce monde qu’il ne comprend plus. Il a fui parce qu’il est malade, plongé dans un syndrome post-traumatique, flirtant avec la folie. Il veut massacrer l’assassin comme Emma a été massacrée.

S’engage alors une double chasse à l’homme dans un Paris insoupçonné, en proie aux trafiquants. Jérôme combat le mal par le mal et Marsac par la loi. Qui retrouvera le meurtrier d’Emma ?

Oublier nos promesses Elsa Roch – éditions Calmann-Lévy – Sortie : 7 février 2018

 

 

Dernière Escale – Sandra Martineau

sandra martineau DE

Voici un roman qui m’a fait découvrir l’écriture d’une auteure. Je l’ai lu il y a quelques temps et je souhaitais vous le faire connaître.

« Dernière escale » de Sandra Martineau est un roman à suspense qui commence à bord de ce bateau de croisière. On nous présente les différents personnages de cette famille en crise dont le père, ex-footballeur, qui souhaite faire la paix avec son épouse et profiter de ses enfants. Mais le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqués ?

La première partie de ce livre pose l’histoire et nous livre les activités quotidiennes des parents et des enfants (une petite fille et un fils en pleine  adolescence). Des amitiés vont naître.

La seconde partie à davantage retenue mon attention car il se passe des choses pas ordinaires. Je me suis fait embarquer dans une drôle d’intrigue qui m’a mené très loin. L’auteure a de l’imagination. Elle bouscule ses personnages qui sont victimes d’évènements inquiétants. Une tension s’installe pour ne plus vous lâcher. Très beau style de l’auteure !

Une très bonne intrigue qui vous manipulera jusqu’au final. Je ne peux vous en dire plus pour ne pas spoiler l’histoire. Une auteure à découvrir !

4ème de Couv

Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d’une semaine. C’est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard. L’ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie en VIP. Les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour tenter de décrocher un ou deux scoops, le commandant le reçoit, la voyante du bord l’intrigue…

Bref, la croisière ne demande qu’à s’amuser, mais l’ex-joueur, obnubilé par le souvenir de l’enlèvement de sa sœur, n’a qu’une obsession, surprotéger sa très jeune fille, proie idéale selon lui pour les prédateurs de tout poils gravitant dans les coursives. Quand un détective, interloqué par ses agissements paranoïaques et ses réactions incohérentes vient proposer ses services à ce père anxieux, l’angoisse va croissante. Chaque escale apportant par ailleurs son lot d’événements plus inquiétants les uns que les autres. Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqués ?

Biographie

Sandra-Martineau_9970Née à Saint-Brieuc en 1978, Sandra Martineau a passé toute sa jeunesse dans ville de Saint-Brieuc. Après un bac ES, elle entame des études de droit durant lesquelles elle profite de son temps libre pour perfectionner sa passion pour la photo et réaliser deux expos. Ses études de commerce international l’amènent ensuite à Vannes. Installée dans la Sarthe depuis onze ans, elle n’en oublie pas pour autant s Bretagne natale.

Écrire n’est pas son métier, mais après avoir gagné le prix de nouvelles Louis Guilloux au lycée, elle se risque à continuer dans cette voie, d’abord en écrivant des scénarios, ensuite en les adaptant en manuscrits. Trop souvent envahie d’idées, c’est le temps qui lui manque pour écrire. Sportive de nature, elle est aussi quelqu’un d’hyperactif, qui combine la gestion d’une entreprise, l’éducation de ses deux enfants et l’écriture.

Tension extrême – Sylvain Forge

tension extreme livre

L’histoire…

Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l’intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle.

Alors que les victimes s’accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l’école et son adjointe issue du « 36 » affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Ce que j’en pense…

J’ai déjà lu des polars de Sylvain Forge tels que : « Un parfum de soufre » ou « Pire que le mal ». Ces polars m’avaient plu par leur intrigue, leur suspense. Et bien je dois dire qu’avec « Tension extrême », l’auteur frappe fort ! Ce polar high tech est une tuerie ! Pas de temps mort ! Pas une page inutile ! Place à l’efficacité !

J’ai été agréablement surpris par le rythme rapide de l’intrigue digne d’un thriller et par la technologie high tech omniprésente. Grâce à l’informatique et ses programmes ou virus, des hackers sont capables de planter toutes les bases de données informatiques de la PJ de Nantes. Et même plus !

Mais je vous laisse découvrir l’ampleur de la menace réelle qui plane sur nous tous dès lors que nous possédons des appareils connectés comme des smartphones, portables, tablettes… Si un appareil chez vous est relié à internet par un capteur quel qu’il soit, vous êtes en mesure d’être espionné ! Big Brother vous observe et ce n’est pas de la science-fiction ! Bienvenue au 21ème siècle !

Sylvain Forge mérite son prix du Quai des Orfèvres 2018. Son style s’est affiné avec le temps. Et ce polar va à 100 à l’heure ! Toutes mes félicitations à l’auteur ! Et vous mes amis, précipitez-vous sur ce polar high tech ! Vous ne le regretterez pas, parole de lecteur !

Prix du Quai des orfèvres 2018 ~ Éditions Fayard ~  Sortie Poche : 15 novembre 2017

Quand sort la recluse – Fred Vargas

21192238_851843091639069_6518569174308540577_n

Sortie : le 10 mai 2017

J’ai lu il y a quelques années un polar de Fred Vargas intitulé « Sous les vents de Neptune ». Plongé au cœur de l’intrigue, j’étais scotché au bouquin et je ne souhaitais qu’une seule chose : connaître la fin.

Ce commissaire Adamsberg et son fidèle second Danglard forment un tandem de choc ! Je ne vous fais pas languir plus longtemps, j’ai adoré son dernier polar « Quand sort la recluse » qui est un petit chef d’œuvre. Et pas de longueurs à l’horizon, ça démarre aussitôt ! 

L’histoire…

« – Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.

 – Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.

 – Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?

 – Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.

– Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ? »

Ce que j’en pense…

« Quand sort la recluse » de Fred Vargas a été un gros coup de cœur pour moi !

En effet, cette enquête du commissaire Adamsberg est parfaitement construite et devient très vite addictive ! Ce commissaire Adamsberg possède un 6ème sens qui lui permet de déceler avant tout le monde qu’une mort accidentelle est en fait un meurtre.

Adamsberg laisse son esprit vagabonder et des bulles de pensées viennent à lui. Il arrive ainsi à résoudre de nombreuses enquêtes grâce à son intuition légendaire. Lorsqu’il a une idée, il l’exploite jusqu’au bout, même s’il est le seul à y croire.

L’intrigue débute rapidement avec du suspense, des révélations, des pistes toutes plus crédibles les unes que les autres et un dénouement final qui vous prendra aux tripes !

Une tension psychologique est présente entre deux personnages à la limite de l’explosion.

J’ai commencé ce polar et je n’ai pu le lâcher avant la dernière page ! En passant, j’ai enrichi ma culture dans le domaine animal et historique. Je n’en dirais pas plus sur les éléments de l’intrigue que je vous laisse découvrir.

J’ai pu être le témoin de parcours de vie durs voire cruels pour certains personnages. J’ai été en empathie totale avec ces personnages. Pour moi, ce que je lisais était réel et tellement humain. J’ai souffert pour ces gens.

Merci à Fred Vargas pour ce polar qui est un vrai bijou ! A lire d’urgence !

coup-de-coeur_violet

 

FRED VARGAS TB1

Biographie

Fred Vargas est née en 1957, il s’agit là de son nom de plume pour l’écriture de romans policiers. Passionnée d’archéologie, pendant toute sa scolarité, elle ne cesse d’effectuer des fouilles.

Elle suit des études d’histoire, s’intéresse premièrement à la Préhistoire puis choisit d’orienter son parcours sur le Moyen-Âge. Fred Vargas a quasiment créé un genre romanesque : le Rompol.

Avec 13 romans à son actif, tous parus aux Éditions Viviane Hamy, elle a été primée à plusieurs reprises notamment pour Pars vite et reviens tard qui se voit récompensé du Grand Prix des Lectrices de ELLE en 2002 et du Prix des libraires.

Fred Vargas a su créer des personnages étonnants et attachants. Le plus célèbre des commissaires vargassiens, Jean-Baptiste Adamsberg, et son acolyte, Adrien Danglard, constituent des personnages récurrents des ouvrages de l’auteur.

Les livres de Fred Vargas sont traduits dans une quarantaine de pays et sont adaptés au cinéma ou la télévision.

Jusqu’à l’impensable – Michael Connelly

 

connelly1
Sortie : le 5 avril 2017

Je découvre l’univers de Michael Connelly avec son dernier opus « Jusqu’à l’impensable ». Merci aux éditions Calmann-Lévy pour ce polar qui s’est révélé être un très bon cru. L’auteur nous offre une enquête minutieuse permettant l’éclosion de la vérité.

Bosch de l’autre côté du miroir ?

Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de l’aide. Il ne voit en effet que Bosch pour l’aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d’avoir battu à mort la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Même si la preuve est accablante, Haller en est sûr, son client est innocent. Dilemme pour Harry ! Passer du côté de la défense quand on a travaillé avec passion pour la police de Los Angeles toute sa vie ? Tout simplement impensable. Comment défendre un assassin quand on a passé sa vie à en expédier le maximum en prison ?

Un polar qui s’attache aux détails

Désormais à la retraite forcée, Harry Bosch va accepter, exceptionnellement, de rejoindre le camp de son demi-frère et avocat de la défense, Mickey Haller. Mais plus question d’utiliser les prérogatives d’un flic. De plus, Bosch est dans l’obligation d’essayer de trouver des failles dans une enquête menée précédemment par des anciens collègues. Bosch est vite considéré comme un traître vis-à-vis des flics toujours en fonction.

Dans ce dernier opus “Jusqu’à l’impensable”, Michael Connelly nous propose une enquête à la manière du polar à énigme puisque l’écrivain fait reposer son enquête sur un seul et maigre indice. De plus, Connelly nous offre simultanément deux points de vue opposés sur l’enquête de Harry Bosch, celui de la défense et de l’accusation lors d’un procès.

L’intrigue est soignée, logique, avec un attention particulière attachée aux détails. Le scénario est bien construit, l’écriture est assez conventionnelle. On voit que l’auteur connaît très bien les rouages de la police de Los Angeles ainsi que ceux de la justice américaine.

Lorsque Bosch a trouvé le fameux indice qui doit relier des évènements sans lien apparent, il suit le fil et arrive à échafauder une théorie complexe.

Ce sont les personnages qui ont la part belle dans cette intrigue. D’abord Harry Bosch, flic incorruptible, vivant seul avec sa fille adolescente. Puis Mickey Haller, demi-frère de Harry et avocat de la défense, prêt à tout pour sauver ses clients même s’ils ont un passé chargé. Les dialogues entre ces deux là valent le détour. Faut-il franchir la ligne jaune pour innocenter quelqu’un ? Enfin, les relations entre Harry Bosch et les femmes sont intéressantes.

Ce polar prend son temps pour résoudre cette enquête car il nous apporte beaucoup d’éléments. Une fois l’enquête sur les rails, Harry Bosch devra se méfier d’individus prêts à tout pour conserver leur pouvoir et leurs avantages. A trop vouloir mettre le nez dans leurs affaires, Bosch sait qu’il risque d’y laisser la vie. En effet, ces gens ont la gâchette facile et n’hésitent pas à éliminer les témoins gênants pouvant les dénoncer.

Le procès de Da Quan Foster, ex-membre de gang, doit avoir lieu bientôt et Bosch doit trouver des preuves irréfutables. Au dernier tiers du livre, l’histoire s’accélère et la tension est palpable. Harry Bosch doit agir vite. Le procès qui s’en suit est mémorable et même jubilatoire. J’ai beaucoup aimé son déroulement.

En conclusion, ce polar de Michael Connelly mérite le détour. Il m’a fait découvrir un Harry Bosch attachant et toute une galerie de personnages. Des rebondissements inattendus pimentent cette intrigue jusqu’au final. Voilà un polar qui vous détendra à coup sûr !

BIOGRAPHIE

michael-connelly44

Michael Connelly est l’un des écrivains les plus lus au monde. Auteur, entre autres ouvrages, de Créance de sang, Le Poète, La Défense Lincoln, Volte-Face, Ceux qui tombent et Dans la ville en feu.

Père de Harry Bosch, auteur du best-seller Le Poète, Michael Connelly a vendu plus de 60 millions de livres dans le monde. Deux de ses romans ont été adaptés au cinéma et la saison 4 de la série télévisée Bosch est déjà en préparation.

Je m’appelle Birdy – Franco Mannara

9782702160725-001-X
Sortie : le 8 mars 2017

« Je m’appelle Birdy » de Franco Mannara est un OVNI ! Un polar No Limit prêt à vous décoller la pulpe du fond ! Un bouquin rock, trash et sans concession. Ce polar contient des scènes choquantes à caractère sexuel qui dévoilent la perversité de l’être humain ainsi que son besoin de domination voire de destruction. Vous voilà prévenus !

L’HISTOIRE

Paolo, acculé par des dettes contractées auprès de personnes peu recommandables doit trouver une solution pour rembourser. Son réseau d’amis lui trouve un boulot de détective privé : il doit suivre Birdy, une adolescente issue d’un milieu huppé, qui a rejoint un groupe de squatteurs.

Dans le même temps, dans les soirées parisiennes ou les concerts fréquentés par des jeunes, une nouvelle pilule bleue apparaît et fait des ravages. Certains jeunes trouvent la mort à cause de cette pilule alors que d’autres s’en sortent. Pourquoi ? Une nouvelle roulette russe ?

Dans ces soirées, Paolo suit Birdy dans des bars mais aussi dans des lieux mystérieux. Suite à l’alerte sur cette pilule bleue, l’inspecteur Ibanez enquête…

MON AVIS

Pour un premier polar, Franco Mannara frappe fort !  Il nous entraîne dans le milieu du rock underground qu’il connaît bien, entre concerts et soirées parisiennes. Son héros, Paolo, guitariste dans un groupe rock, est adepte de ces soirées et n’est pas contre l’absorption de pilules diverses et variées qui le désinhibent et le déconnectent de la réalité. Sex drugs and rock’n roll !

Je me suis attaché à cette fille, Birdy,  qui fait des choses que personne ne voudrait faire. Pourquoi ? Cette fille doit avoir un lourd passé. Pourtant, Birdy est une ado avec un caractère fort.

Dans ce polar, j’ai croisé des manipulateurs, des profiteurs, des prédateurs prêts à tout pour assouvirent leurs fantasmes ou leurs projets déviants. Entre groupuscules racistes ou sectaires, la violence ou l’emprise sur les êtres humains est partout. Tout est bon pour avoir du pouvoir sur les autres, quelque soit les moyens employés. Le côté sombre et sadique de certains êtres est décrit sans censure.

L’intrigue tient bien la route et ouvre plusieurs pistes. J’ai aimé suivre les personnages de Paolo et d’Ibanez qui ont aussi des failles. J’ai eu peur pour Birdy mais aussi pour d’autres personnages qui prennent des risques. Tous n’en sortiront pas vivants, je vous l’assure.

Le style de l’auteur est fluide, poétique et musical. Il se rapproche de l’univers de Virginie Despentes. Franco Mannara dénonce les travers de notre société. Il y a les prédateurs et les moutons. Le monde de la nuit est attirant. Profitez bien mais n’y laissez pas votre vie !

En conclusion, ce polar, par son côté original et déjanté, m’a pris aux tripes. Une fois plongé dans l’histoire, j’ai voulu connaître la suite et surtout la fin. Cette intrigue est addictive et tient ses promesses. Laissez-vous tenter par ce voyage !

4ème de Couv’

ÊTES-VOUS PRÊT À JOUER À LA ROULETTE RUSSE ?

ÂMES SENSIBLES S’ABSTENIR

 Paolo, guitariste underground, fait de la filature pour un détective privé. Sa mission : suivre Birdy, jeune femme en péril qui a fui son milieu huppé pour vivre avec des squatteurs.

 Au même moment, une crise sanitaire éclate. Des douzaines de jeunes meurent après avoir consommé une nouvelle pilule bleue, sorte de « roulette russe chimique » qui fait fureur dans la nuit parisienne. L’inspecteur Ibanez est chargé de l’enquête.

Birdy est-elle liée à cette dérive macabre ? Comment stopper cette drogue qui cible les moins de trente ans ? Des bas-fonds de Paris aux salles de répèt, Je m’appelle Birdy est un polar toxique. Un voyage choc dans les ténèbres de la nuit, un scénario aussi haletant qu’effrayant.

« Foisonnant, provocateur, musical, drôle et trash,
avec des personnages déjantés… Accrochez-vous,
on ne lambine pas en chemin ! » Caryl Férey

F_manara-franco_0

Issu du rock underground, Franco Mannara, auteur, compositeur, interprète et bidouilleur sonore, a construit un parcours atypique.

Fondateur du groupe Spoke Orkestra, qui se produit dans toute la France, il signe ici son premier polar, fortement inspiré de son univers musical.

Enregistrer

De cauchemar et de feu – Nicolas Lebel

nicolas lebel1
Sortie : le 3 mai 2017

Après avoir beaucoup apprécié son dernier polar « Sans pitié, ni remords », je dois vous dire que c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai retrouvé la verve et la plume de Nicolas Lebel dans son nouvel opus « De cauchemar et de feu ».

Aujourd’hui, Nicolas Lebel nous offre un polar entre passé et présent. Il nous explique de l’intérieur le conflit nord irlandais et nous entraîne dans une nouvelle enquête pour meurtre à Paris de nos jours.

L’HISTOIRE

Irlande du Nord, avril 1966 : nous sommes témoins de l’émergence d’un conflit en Irlande du Nord, entre les catholiques nationalistes minoritaires dans cette partie du pays et les loyalistes anglais. Un conflit qui durera trente ans.

Paris, mars 2016 : une personne apparentée au mouvement nationaliste irlandais, l’IRA (Armée Républicaine Irlandaise), est retrouvée assassinée dans un pub. Le capitaine Mehrlicht et son équipe composée des lieutenants Latour et Dossantos sont chargés de l’enquête. Ceux-ci doivent savoir rapidement s’il s’agit d’un règlement de compte ou d’une potentielle menace terroriste.

MON AVIS

Le fait d’aborder deux époques dans deux pays différents, en alternant les récits, m’a permis d’être totalement immergé dans l’histoire et d’avoir une réelle empathie pour les personnages passés et présents.

Mais l’intrigue est moins fluide et moins rapide que dans « Sans pitié, ni remords » qui se passait entièrement à Paris. C’est le revers de la médaille.

L’enquête pour meurtre à Paris m’a permis de renouer avec la vie personnelle du capitaine Daniel Mehrlitch qui vit seul avec son fils et de ses lieutenants Sophie Latour et Mickael Dossantos. Le passé de Dossantos va réapparaître pour son plus grand malheur. J’ai aimé revoir ces personnages qui restent attachants.

J’ai goûté avec délice l’humour de Nicolas Lebel, grâce au capitaine Mehrlicht, l’homme à la tête de grenouille, qui nous pond des fulgurances mémorables ! J’ai adoré le voir s’acharner contre sa nouvelle stagiaire, le lieutenant Reinier, fraîchement débarquée de sa province natale.

La partie en Irlande du Nord sur la vie des habitants m’a appris des choses. J’ai vu ces hommes, ses femmes et ses enfants en proie à un  dilemme intérieur : soit rester dans une manifestation pacifique face au pouvoir anglais ou rejoindre un groupe de résistance active contre l’armée anglaise.

J’ai beaucoup aimé le style de Nicolas Lebel qui sait adapter son langage aux époques et aux personnes. L’humour de l’auteur est toujours présent dans ses polars et j’espère qu’il perdurera. L’action et le suspense sont toujours là, rassurez-vous !

Pour conclure, je remercie l’auteur pour ce très beau polar nord irlandais dépaysant et enrichissant. Ce polar allie Histoire et suspense et peu de gens peuvent se targuer de réussir un tel exploit.

4ème de Couverture

Paris, à quelques jours du dimanche de Pâques.

Un homme d’une soixantaine d’années est retrouvé assassiné dans un pub parisien, une balle dans chaque genou, une troisième dans le front. L’autopsie révèle sur son corps une fresque d’entrelacs celtiques et de slogans nationalistes nord-irlandais. Trois lettres barrent le haut de son dos : IRA. Le capitaine Mehrlicht fait la grimace. Enquêter sur un groupe terroriste en plein état d’urgence ne va pas être une partie de plaisir. Pourtant, le conflit irlandais semble bien s’inviter à Paris…Nicolas Lebel nous entraîne sur la piste d’un tueur pyromane, un monstre né il y a plus de quarante ans au cœur des violences de la guerre civile, qui vient rallumer les feux de la discorde dans les rues de la capitale.

BIOGRAPHIE

nicolas lebel2016Après quelques allers-retours aux quatre coins du globe, Nicolas Lebel est aujourd’hui enseignant dans un lycée de l’Est parisien.

Passionné de littérature et de linguistique, il publie en 2013 L’Heure des fous, puis Le Jour des morts (2014) et Sans pitié ni remords (2015), romans policiers caustiques où histoire, littérature et actualités se mêlent. Des romans noirs qui interrogent la société française contemporaine avec humour et cynisme, dont le ton est souvent engagé, et le propos toujours humaniste.

 

Sharko – Franck Thilliez

sharko2017
Sortie : le 11 mai 2017

Merci à Franck Thilliez de trouver de nouvelles idées pour ces polars ou thrillers qui nous permettent à la fois de nous évader et d’enrichir notre savoir sur des thèmes sociétaux, historiques et scientifiques.

L’auteur nous permet de retrouver le couple Franck Sharko et Lucie Henebelle, flics au 36 quai des Orfèvres, aujourd’hui parents de jumeaux.

L’HISTOIRE

Océanopolis de Brest. Un plongeur qui défie ses limites dans un bassin à requins. Un prologue d’anthologie !

Athis-Mons, banlieue sud de Paris. Pour faire plaisir à sa tante, Lucie Henebelle reprend un dossier et l’enquête de son oncle, flic retraité, récemment décédé, sur la disparition d’une jeune fille. Du point de vue de l’oncle, le suspect serait un certain Ramirez, ayant déjà fait de la prison pour agression, détention d’arme illégale et tentative de viol.

Lucie Henebelle se rend chez ce Ramirez, descend dans sa cave et se retrouve en mauvaise posture : elle se fait attaquer et tire sur cet homme, avec son arme de service, pour sauver sa peau mais elle est entrée chez lui illégalement sans enquête officielle. Elle vient de commettre un meurtre qui risque de compromettre sa carrière dans la police.

Sharko vient au secours de Lucie et maquille la scène de crime pour disculper sa compagne et pour que ce dossier soit traité par ses services. Ainsi il espère maîtriser cette enquête. Il est hors de question que Lucie aille en prison et que l’avenir de ses enfants soit compromis.

MON AVIS

Avec « Sharko », Franck Thilliez nous offre un magnifique thriller. En plus de l’enquête, on sent que l’auteur s’est documenté sur de nombreux sujets qui vont donner du fond à l’histoire.

Dès le prologue, mon intérêt a été suscité et j’ai été happé dans ce tourbillon de mots. La tension est présente dès la première page et ne retombe pas avant la fin des 576 pages de ce thriller.

Je ne vous dirais rien de plus sur l’histoire car ce serait criminel. Mais le couple Sharko-Henebelle est soumis à rude épreuve dans cette enquête. Le côté réfléchi de Sharko et son côté fonceur sont des atouts complémentaires pour avancer. De son côté, Lucie Henebelle  à un rôle important dans les investigations.

Nicolas Bellanger, un de leur collègue flic qui a perdu sa compagne Camille dans des circonstances atroces il y a deux ans, continue à faire son deuil. Il survit. Il est décidé à faire la lumière complète sur cette affaire et ne lâche rien. C’est une personne très intelligente, un maniaque du détail. Sharko et Lucie retiennent leur souffle pour ne pas se compromettre involontairement.

Ce thriller va vous mener du côté sombre de l’âme humaine. Vous y croiserez de la cruauté, du sadisme, de l’exploitation humaine, un pouvoir qui peut tout se permettre pour arriver à ses fins.

Vous découvrirez des choses impensables mais vraies, quelques lueurs d’espoir… Mais à la fin de ce livre, vous vous poserez toujours des questions. Et si tout n’était pas vraiment sous contrôle ? Quel avenir pour notre monde ?

BIOGRAPHIE

Franck thilliez 2017petitBFranck Thilliez est l’auteur d’une quinzaine de romans, parmi lesquels Atomka, Le Syndrome E et, plus récemment, Pandemia et REVER.

Lauréat du prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014 avec Angor, il confirme sa place de pilier du thriller français et continue d’alterner one shots et enquêtes menées par son couple phare, Lucie Henebelle/Franck Sharko.

Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), Franck Thilliez est aussi scénariste. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Enregistrer

Femme sur écoute – Hervé Jourdain

mon

A1Pfda5yfgL

Sortie : le 13 avril 2017

« Femme sur écoute » d’Hervé Jourdain est un excellent polar qui m’a fait passer un agréable moment. Ancien capitaine de police à la brigade criminelle de Paris, Hervé Jourdain sait de quoi il parle et cela se ressent. Tout dans ce polar sonne juste et j’ai eu le sentiment d’être immergé totalement dans le quotidien de ce groupe d’enquêteurs.

Ce polar débute à Paris, en avril 2017, deux semaines avant les présidentielles en France. L’univers politique et journalistique traverse cette intrigue. Le monde de la nuit est également très présent avec ses strip-teaseuses et escort girls de luxe pour clients fortunés.

Des écoutes téléphoniques sur la personne de Manon, une escort girl, servent d’entrée en matière à cette histoire. Manon vit avec sa sœur Julie, étudiante en philo, et avec le bébé qu’elle a eu avec Bison, incarcéré en préventive pour un braquage raté. Manon souhaite changer de vie et s’offrir un avenir meilleur. Mais tout ne va pas se passer comme prévu pour tout ce beau monde.

Pôle judiciaire des Batignolles. Les enquêteurs de la brigade criminelle de Paris, à peine déménagés du fameux 36 quai des Orfèvres, essaient de comprendre pourquoi chacune des enquêtes en cours fuite dans la presse. Compostel et Kaminski sont à la tête d’un groupe qu’a récemment rejoint Lola Rivière, experte en cybercriminalité.

MON AVIS

L’intrigue de ce polar est très bien construite. Après avoir fait connaissance avec les voyous, les flics et les politiques de cette histoire, j’ai dû me familiariser avec les enquêtes en cours. Une fois fait, j’étais enfin prêt à suivre le lieutenant Lola Rivière et ses collègues dans leur investigation à la recherche de la vérité.

J’ai apprécié l’écriture fluide et nerveuse de l’auteur et sa connaissance parfaite du milieu policier et de ses procédures. Les personnages féminins ont une place importante dans ce polar. La justesse des dialogues donne vie à tous ces acteurs. Les joutes verbales entre flics sont savoureuses autant que celles entre Manon et ses amies.

Ce polar est addictif et m’a poussé à enchaîné les chapitres. Plus j’avançais dans cette intrigue, plus j’avais du mal à lâcher ce livre. J’étais inquiet pour Manon car celle-ci commençait à cumuler les ennuis. J’étais anxieux pour Lola qui traversait une passe difficile sans parler du machisme d’un de ses supérieurs. Ces personnages sont devenus attachants et de plus en plus proches. Bravo à l’auteur d’avoir su insuffler autant d’humanité à ses héros.

Ce polar est un vrai puzzle dont les pièces s’imbriquent entre elles à l’approche du dénouement final. Ce livre devrait plaire à tous ceux qui aiment ce genre mais aussi à ceux qui aiment les rebondissements, le rythme soutenu d’une intrigue, la crédibilité d’une histoire. Un polar d’actualité à ne pas manquer !